Interview de Baptiste Noé

Il a grandit à Gouvieux avant de partir pour des aventures dans le Nord de la France, à l’occasion de son retour pour le match de N3 GBO-Longueau (interview publiée le 16 septembre), Baptiste nous parle de lui…

Salut Baptiste, parles-nous de tes débuts au basket à Gouvieux, c’était à quel âge ?

J’ai fais mes débuts à Gouvieux au bord du terrain quand je regardais mon père coacher et mon oncle jouer, mais ma première licence à Gouvieux était dans mon année de mini poussin entrainé par Franck Haleine puis l’année suivante en poussin par Johann Blanpied. 

Quel est ton meilleur souvenir au GBO ? 

J’en ai quelques uns qui reviennent assez rapidement mais j’ai surtout souvenir d’une coupe de l’Oise gagnée en poussins avec Johann contre Compiègne alors que nous étions des spécialistes de la défaite en finale et c’était mon premier vrai titre, nous étions tellement heureux et l’équipe était une vraie bande de potes ! Superbe année !!

Dans les études tu en es où ?

Je viens d’être bachelier d’une série ES et de m’engager en première année de Fac de droit avec l’ambition de devenir agent de joueurs professionnels dans le basket. 

Ensuite décris nous ton parcours à partir de tes années U14-U15 :

Mes deux années de U14 U15 étaient à Amiens en minime France, j’étais alors au Pôle espoir Picardie je commençais à goûter à l’entrainement intensif et au haut niveau. Ensuite à la fin de ces deux années j’ai décidé de tenter d’intégrer un centre de formation après plusieurs essais dans différents clubs, je me suis engagé dans le projet qui me semblait le plus adapté à l’ESSM Le Portel. 

J’y ai effectué trois magnifiques années en cadet France U18 et en Espoirs ProA, puis à cause d’une succession de blessures et un projet un peu moins intéressant mon aventure au Portel a pris fin. Et aujourd’hui je rebondis en intégrant l’ESCLAMSBB.

Beaucoup de jeunes souhaitent entrer en centre de formation, quels conseils peux tu leur donner pour qu’ils y parviennent ?

Il ne faut jamais perdre ses objectifs de vue! Rien n’est facile, il faut sans arrêt travailler, ne jamais se reposer sur ses acquis et toujours chercher à progresser, le travail est la clef de la réussite. De plus il ne faut jamais lâcher les études car c’est primordial pour notre futur, une carrière à haut niveau ne dure pas éternellement.

Quels souvenirs gardes tu de cette expérience au Portel ?

Je pense que ces trois années ont été enrichissantes sportivement mais aussi humainement. Pendant trois ans j’ai appris à travailler dur sur le terrain, à me surpasser et j’ai découvert le basket et son univers professionnel.

Mais l’expérience humaine reste la plus marquante, j’ai appris à m’auto-gérer, à vivre éloigné de mes parents et de ma famille, à adopter une hygiène de vie irréprochable ce qui est primordial dans le sport, et surtout je sors de ces trois années riche d’une nouvelle famille, mes coéquipiers sont restés des amis très importants, et les bénévoles et personnes du club ont été particulièrement bienveillants. Je suis très reconnaissant envers ce club qui m’a formé sur mais aussi en dehors du terrain. 

Et maintenant pourquoi la N3 et pourquoi Longueau ?

Il me falllait un nouveau projet sportif, un challenge pour me relancer un peu mais surtout qui me permettrait de me concentrer dans mes études. Longueau avait un projet très ambitieux un recrutement solide et une ossature plus qu’intéressante. La proximité entre la fac et le projet sportif concordait donc assez bien avec ce que je souhaitais faire. 

Quel effet ça fait de jouer avec un jeune retraité de proB ?

Très sincèrement Henry se comporte avec nous de manière remarquable, il pousse le groupe vers le haut, sait nous aider avec son expérience et pour un jeune meneur comme moi c’est une occasion en or de continuer  ma formation.

Premier match sénior et direct, Gouvieux ! le hasard fait bien les choses, comment le vis tu ?

On se rappelle toujours de ses premières fois… lol 

Je vais essayer d’aborder le match de la meilleure manière possible mais il est vrai que ça fait toujours plaisir de revenir dans son premier club, j’ai beaucoup de respect pour le club, Max m’a beaucoup entrainé et l’un de mes meilleurs amis est coach adjoint (Alex Wisniewski). Mais ce n’est pas pour autant que je laisserai le GBO gagner, j’espère que le match sera à la hauteur des espérances et que tout le monde s’amusera car c’est le plus important dans le sport atteindre ses objectifs en prenant du plaisir.

Partagez !

Laisser un commentaire